Paranormal Activity 2 (Tod Williams, 2010)

Réalisateur : Tod Williams
Origine : États-Unis
Année de production : 2010
Durée : 1h31
Distributeur : Paramount Pictures France
Interdiction : Aucune
Interprètes : Katie Featherston, Micah Sloat, Gabriel Johnson

Dan et sa femme Christie ainsi que leurs deux enfants Ali et Hunter viennent de s’installer dans leur nouvelle demeure. Peu de temps après, ils sont victimes d’un acte de vandalisme. Dan et Christie décident alors de faire installer des caméras de surveillance dans plusieurs pièces. C’est ainsi qu’ils découvrent avec stupeur que des manifestations paranormales ont lieu dans leur propre maison.

Comme à chaque fois lorsqu’il s’agit d’une suite, c’est avec une certaine impatience mêlée d’appréhension que j’attendais ce Paranormal Activity 2. Certes, la recette a très bien fonctionné pour le premier opus qui a littéralement explosé le box-office américain en 2009, mais j’étais prête à parier que la corde ne tarderait pas à s’user. Et force est d’admettre que c’est effectivement le cas.

Premièrement, le film se présente de manière assez ambigüe : annoncé comme une séquelle de Paranormal Activity, il s’agit en réalité de sa préquelle dont les dix dernières minutes constituent quant à elles sa suite directe. Pas mal pensé mais quand même pas très clair. Enfin, le problème n’est pas là, car disons-le franchement : comparé à son prédécesseur, Paranormal Activity 2 ne fait preuve d’aucune innovation. Ce sont là exactement les mêmes ficelles qui sont tirées tout au long du film, mais en moins efficaces ; le côté horrifique reposant principalement sur le volume sonore soudainement poussé au max, déchirant le silence ambiant et nous faisant par là même tout naturellement sursauter. A aucun moment le film ne parvient à faire peur, car il joue insidieusement sur notre surprise qui tient plus du réflexe ancestral que du sentiment viscéral.

Nous avons donc droit a tout ce qui faisait le charme de la nouveauté du premier : portes qui s’ouvrent et se ferment, bruits mystérieux, coups sourds contre les murs ou le sol, etc. L’apparition des phénomènes surnaturels va crescendo jusqu’à l’apothéose finale, qui laisse une mauvaise impression de déjà-vu. Mais, un film ne devant pas être jugé uniquement par rapport à l’œuvre initiale dont il est tiré, il faut tout de même reconnaitre que certaines scènes (dont celle des placards) ont de quoi réjouir les « novices » qui n’auraient pas vu Paranormal Activity. Hélas, d’un autre côté, les scènes dites « d’épouvante » souffrent toutes d’un manque de subtilité évident qui contribue à minimiser l’effet escompté. En s’appropriant le concept de menace terrifiante car invisible en l’absence d’objet visuel qu’avait initié Le Projet Blair Witch en 1999, Paranormal Activity parvenait encore à faire démarrer l’imagination au quart-de-tours, et ce, pour notre plus grand plaisir… Hélas, la magie ne semble plus vraiment opérer dans cette suite de piètre qualité, d’autant plus qu’elle prend la mauvaise initiative de sortir en salles après un laps de temps plutôt réduit par rapport au premier opus, dont le public garde une trace mnésique encore relativement fraîche.

En outre, la partie visant à présenter les différents membres de cette petite famille modèle, somme toute attachante (sauf la fille aînée, carrément horripilante dans la première demi-heure du film) reste un brin longuette… En effet, absolument aucun élément perturbateur ne survient jusqu’à la moitié du film, quasiment. Même si les rapports entre les personnages sont réalistes et bien aboutis, personne n’a payé sa place de cinéma dans l’optique de visionner un film de famille… On s’ennuie donc un peu, le comble pour un film d’horreur ayant pour vocation principale de produire une tension électrisante qui tiendrait en haleine du début à la fin de l’histoire. Par la suite, le spectateur est un peu plus actif et se prend même à zyeuter dans les moindres recoins du cadre filmique pour s’assurer qu’aucun détail crucial de la scène ne lui échappe. D’autre part, la volonté de filiation entre les deux films auraient réellement pu être intéressante si elle ne manquait pas autant de logique et de crédibilité, compte tenu de l’absence totale au sein du premier volet de références aux évènements du second, censé être sa préquelle.

La séquence du sous-sol vers la fin du film est presque une copie conforme éhontée de la séquence finale de [Rec], lorsque Pablo et Angela se retrouvent cloîtrés dans l’obscurité totale aux côtés d’une créature monstrueuse avec pour seul recours une caméra à vision infrarouge. Mêmes teintes verdâtres, même situation claustrophobique (promiscuité avec un élément effrayant dans un lieu contigu), mêmes genres de mouvements de caméras désordonnés pour manifester la panique ; cette séquence atteint des summums de manque d’originalité. D’autant plus qu’elle est extrêmement mal réalisée sur le plan technique car, du fait d’une ellipse mal placée, il est difficile de comprendre pleinement ce qui s’est passé dans ce sous-sol de la peur. Plus frustrant qu’effrayant, ce passage du film aurait décidément mieux fait d’être coupé au montage.

Au final, ce Paranormal Activity 2 est un véritable pétard mouillé à visée purement commerciale et sans aucun intérêt pour quiconque a déjà vu Paranormal Activity premier du nom. Pour les autres, vous pouvez considérer ce film comme l’occasion d’un moment de divertissement plutôt agréable mais sans envergure.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :